lundi 13 mai 2013

Le Seigneur dit à mon Seigneur

Il leur dit encore : « Comment peut-on dire que le Messie est fils de David ? David lui-même en effet dit dans le livre des Psaumes : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur, siège à ma droite, jusqu’à ce que j’ai fait de tes ennemis un escabeau pour tes pieds’. Ainsi David l’appelle-t-il Seigneur, alors comment est-il son Fils ? »
Luc 20, 41-44

Viens Esprit de Jésus, explique nous ces paroles
Viens Esprit éclaire nos esprits et nos cœurs.

Il leur dit encore :
Cette fois Jésus n’attend plus qu’on lui pose une question, il engage lui-même le débat sur une question qui nous étonne quelque peu.

« Comment peut-on dire que le Messie est fils de David ?
Le Seigneur avait promis à David, de faire asseoir sur son trône un Messie, sauveur de son peuple. Le peuple vivait dans l’attente de ce Messie, ce oint, ce Christ.

David lui-même en effet dit dans le livre des Psaumes :
Pour les anciens, l’ensemble du psautier était attribué à David.

 ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur, siège à ma droite,
Ce verset du psaume 109 (110) est régulièrement cité dans le Nouveau Testament. Les chrétiens en effet l’ont relu après la résurrection, comme une annonce, une prophétie. Le Seigneur a dit à mon Seigneur… Cette affirmation qui pouvait étonner, poser question, est devenue plus claire pour les disciples, instruits par Jésus, ils l’ont traduite Le Père a dit à Jésus Christ… alors le siège à ma droite  devient un témoignage de la résurrection. Jésus ressuscité d’entre les morts est entré dans la gloire, il siège à la droite du Père. On peut comprendre la place de cette réflexion après la discussion avec les sadducéens au sujet de la résurrection.

jusqu’à ce que j’ai fait de tes ennemis un escabeau pour tes pieds’.
Ce verset annonce alors la victoire du Christ sur tous ceux qui s’opposaient à lui. Mais ce qui est dit ici en termes triomphants, prendra un tout autre accent dans les récits de la passion. La victoire du Christ, la victoire de Dieu le Père, ce n’est pas l’écrasement de ses adversaires, mais la victoire de l’amour, amour livré, offert inlassablement… jusqu’à en mourir.

Ainsi David l’appelle-t-il Seigneur, alors comment est-il son Fils ? »
Alors la question présente, revient sur le mystère de l’Incarnation ! Ainsi dans la descendance de David, naît le Messie promis, qui n’est autre que Dieu, le Fils de Dieu. Révélation voilée alors, manifestée par la naissance de Jésus. Mais encore voilée pour ceux qui ne le reconnaissent pas Fils de Dieu. Si Jésus est bien de la lignée de David, il est Fils de Dieu tout autant, et il est donc normal que David l’appelle Seigneur.

C’est tout le mystère de notre foi qui est interrogé en ces propos aux premiers abords énigmatiques.

Seigneur, éclaire notre foi, dans la prière et l’étude de ta Parole.
Que je te découvre Christ et Seigneur, en ton humanité.

1 commentaire:

Françoise Renard a dit…

Lc 20, 41-44
« Comment peut-on dire que le Messie est le fils de David ? »
Au moment où Jésus parle dans le Temple, en prenant cette fois l’initiative du sujet traité, les auditeurs ne devraient pas encore être étonnés que le Messie soit fils de David. Leur attente, pour la plupart, est toujours celle d’un messie qui restaure la royauté en Israël.
La question de Jésus, formulée par Luc, ainsi que la suite des citations du psaume 109 attirent l’attention, comme par anticipation, sur ce qui surviendra après la passion et la résurrection. Des indications sont ainsi données au lecteur. Il s’agit d’une royauté d’un autre ordre.
On constatera que, pour ceux qui vivent les événements, de tels indices ne sont pas suffisants pour garder confiance au moment où Jésus est arrêté, interrogé, torturé et crucifié.
Mais, que ces phrases aient été prononcées par Jésus au Temple (et incomprises, apparemment), ou que Luc les aient attribuées à Jésus pour préparer le lecteur à la finalité du récit, peu importe. Elles gardent un sens vivant qui nous invite à reconnaître à la fois l’humanité et la divinité de Jésus.