jeudi 4 avril 2013

Pour les actes de puissance

Comme il approchait déjà de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples commença avec joie à louer Dieu, avec grande voix, pour les actes de puissance qu’ils avaient vus.
Luc 19, 37

Viens Esprit de Dieu, viens répandre la joie dans nos cœurs pour toutes tes merveilles.
Viens Esprit, sois louange et vie en notre quotidien.

Comme il approchait déjà de la descente du mont des Oliviers,
Tous ceux et celles qui un jour ont été en Terre Sainte, pèlerins, ont parcouru cette route. Lorsque la descente du mont des Oliviers est amorcée, le regard plonge sur Jérusalem, le regard est saisi par la ville qui se tient là en face, et tout spécialement par le Temple.

 toute la foule des disciples commença avec joie à louer Dieu, avec grande voix,
Voyant ainsi Jésus monté sur un âne comme le messie annoncé par Zacharie, lui rendant hommage, les disciples se réjouissent, d’une joie contagieuse, qui embrase tous ceux qui accompagnent. Et voyant Jésus, plaçant en lui leur espoir de délivrance, de libération, ils louent Dieu.

pour les actes de puissance qu’ils avaient vus.
Et la raison de la louange, la raison de fonder un tel espoir sur Jésus, est dans les actes mêmes qu’il a déjà accomplis. Le peuple se souvient des guérisons, du pain partagé, des libérations d’esprit mauvais, de résurrection… La louange est alors adressée à Dieu, car comment un homme pourrait-il accomplir de tels signes, si Dieu n’était avec lui.

Comment Jésus vit-il ce moment ? sans doute avec plus de gravité, il sait combien sa vie est menacée, combien ses gestes ont provoqué l’ire des autorités religieuses… Mais pour l’heure il laisse faire. Il chemine vers Jérusalem.

Seigneur, ouvre mes yeux qu’ils contemplent tes merveilles.
Ouvre mon cœur, qu’il te rende grâce pour tes actes de puissance et de salut.
Ouvre moi à la foi en toi !

1 commentaire:

Françoise Renard a dit…

… les actes de puissance qu’ils avaient vus…
Quels sont-ils ? Le texte ne le dit pas.
Mais le regard de Jésus sur la prière du publicain, l’accueil des pauvres au banquet, la mise en évidence de la foi du samaritain (un étranger) aveugle, le repas chez Zachée, … ne sont-ils pas là aussi, les actes de puissance ? Dans cette liberté d'action, quels que soient les commentaires de l'opinion publique, dans cette volonté de nous ouvrir à l’autre.
Oser poser de tels actes, n’est-ce pas là la vraie puissance ? Celle qui montre que, partout et de tout temps, chaque personne a une valeur sans limite aux yeux de Dieu.